fbpx

Les origines d’Alysse bijoux

Bonjour à tous, pour démarrer en beauté cette page de blog, quoi de mieux que de vous parler de l’origine de la marque Alysse bijoux.

Vitrine de la boutique 26 rue Limogeanne à Périgueux

Je vais déjà commencer par vous parler de mon parcours.

Voilà 3 ans déjà que j’ai crée mon entreprise et un an et demi que j’ai ouvert la boutique. Et je me rends compte que je ne vous ai jamais vraiment parlé du commencement de cette belle aventure.

J’ai découvert l’univers de la bijouterie quand j’avais 14 ans. Il y a déjà plus de 15 ans ! Je me souviens, pendant une semaine j’avais réalisé un stage de découverte chez un bijoutier qui se trouvait rue Limogeanne.

Comme quoi, cette rue m’était destinée.

Lors de ce stage j’ai eu un vrai déclic sur ce métier. C’est donc à mes 16 ans que j’ai décidé de partir en formation pour un CAP Art du Bijou et du Joyau à St Amand Montrond.

J’y ai effectué 6 années pour me former à la bijouterie Joaillerie.

Emerisage d’anneaux

Et là il fallait trouver un emploi. Et j’ai découvert un autre monde :

La pro-du-ction !

J’étais à la fois ravie de travailler en bijouterie mais tout de même un peu déçue. Ce qui m’avait plu à l’origine dans ce métier, c’était de réaliser un bijou de A à Z, et encore mieux, de pouvoir le concevoir. Mais il faut le reconnaître, la bijouterie artisanale n’emploie plus autant qu’avant. Les petites bijouteries qui étaient installées dans de petits villages disparaissent à vue d’œil. Donc moins d’emplois dans des petites bijouteries artisanales, mais plus dans les grands ateliers de productions. Le métier évolue et se transforme. Les principaux employeurs de la bijouterie consistent maintenant en des ateliers de productions qui réalisent des bijoux de manière « industrielle » pour diverses marques de joaillerie.

Comment vous dire ma déception lorsque je suis sortie de ma bulle et que j’ai dû faire mes premières recherches d’emploi…

J’ai donc travaillé quelques années à Lyon. L’avantage de ces ateliers de productions, c’est que j’y ai appris l’exigence. En effet, les grandes marques ne laisse rien au hasard. Donc c’est intéressant sur ce point-là.

Après quelques années, j’avais trois choix possibles pour mon avenir.

Soit :

  • je restais à Lyon pour continuer dans la production. Ce qui m’assurait un confort de vie et une sécurité, donc aucune prise de risque ;
  • je me réorientais et je repartais sur une à deux années de formation dans un autre métier manuel qui embauche…c’est-à-dire, une aiguille dans une botte de foin ;
  • je réalisais mon rêve : créer mon entreprise et réaliser des bijoux de manière artisanale. Prendre ce risque, et vivre dans l’incertitude pendant au moins quelques années. Une folie !
Gouaché pour une proposition d’alliances en or gris et jaune

Et oui, vous connaissez ma décision. J’ai opté pour la prise de risque. Et il y a des jours où je continue à me dire que je suis dingue. 😊

Ceux qui me connaissent ont été surpris de cette décision. Je suis plutôt le genre de personne qui aime la sécurité. Ce même genre de personne qui préfère ne pas avoir de responsabilité et qui apprécie avoir ses weekends et sa paye à la fin du mois. Ça c’était tout moi !

 Mais là…je n’arrivais pas à me dire qu’il fallait que je dise adieu à ce métier que j’ai vraiment appris à aimer pendant mes 6 années de formations.

Si j’arrêtai là, c’était un peu comme un abandon…

Et je n’étais pas prête à cela.

Je suis donc rentrée en Dordogne. J’ai investi dans de l’outillage pendant un an…et je me suis remise à utiliser des outils que je n’avais plus utilisés depuis des années. Mais je vous rassure, c’est comme le vélo, on retrouve les gestes très rapidement.  

Sciage de croix occitanes en argent 925

À ce stade-là, je me suis dis que cette aventure serait difficile, mais que j’avais fait le bon choix. Je ne l’avais pas fait, je pense que je l’aurai regretté toute ma vie.

 J’ai déclaré mon entreprise en janvier 2018. Qui dit nouvelle entreprise dit nom d’enseigne !  Je voulais trouver un nom  unique est original. De préférence, un nom végétal. Car j’ai toujours été attirée et inspirée pas la nature. Un jour, une amie m’annonce qu’il existe une fleur qui s’appelle Alysse. Et ce fut une évidence. Ce serait Alysse bijoux. Pour information, mon deuxième prénom est Alice. Et l’Alysse est une petite fleur aussi appelé corbeille d’or ou corbeille d’argent.  À la fois facile à retenir et unique par son orthographe, le nom de mon entreprise était alors tout trouvé.  

Logo de l’enseigne Alysse bijoux

Après quelques mois à proposer mes bijoux sur les salons et marchés je décide d’ouvrir la boutique rue Limogeanne en Juin 2019. Cette même rue ou j’y ai découvert ce métier 15 ans auparavant.

Et mon rêve continue au jour d’aujourd’hui. Et désormais, il y a le site de vente en ligne, et ce blog.

Cette page me permettra de vous montrer mes inspirations, mes réalisations et mon univers au travers d’articles que j’essaierai de publier une fois par mois.

J’espère que cela vous plaira 😉

Marine-Alysse

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :